Vous recherchez un Ehpad ?

Notre guide

Vivre en Ehpad a rédigé ces quatre rubriques (voir les boutons ci-dessous) pour éclairer la recherche, l’entrée et la vie en Ehpad pour votre proche et son entourage.
Elles sont mises à jour régulièrement.


Pour être guidé pas à pas, accéder à plus de rubriques, liens directs, témoignages et conseils inédits, téléchargez directement le guide complet de Vivre en Ehpad. Votre participation (8,90 € TTC) est la garantie de notre indépendance : elle sera utilisée pour proposer de nouveaux services d’accompagnement de la vie en Ehpad.

Bien comprendre ce qu’est un Ehpad

L’Ehpad est un « établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes », à ne pas confondre avec les résidences « séniors » ou « autonomie » destinés à des personnes autonomes.

 L’Ehpad est un établissement médico-social qui a signé un contrat avec le Département et l’Agence régionale de santé (l’Etat). Il existe 3 catégories d’Ehpad : publics, privés non lucratifs (associatifs, mutualistes) et privés lucratifs. Quel que soit leur statut, ils sont financés par les pouvoirs publics de la même façon.
Notez que les Esld (Établissements de soins longue durée) hospitaliers font souvent fonction d’Ehpad.

Combien coûte le séjour en Ehpad ?

En Ehpad, le résident paye :

  • L’hébergement, une partie de l’aide à la vie quotidienne (forfait dépendance) selon son niveau d’autonomie*et ses revenus, et enfin, les frais médicaux personnels.

 Les aides possibles sont :

  • l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie) qui diminue le « forfait dépendance »,
  • l’ASH (Aide sociale à l’hébergement) versée par le Département pour les personnes dont les ressources sont inférieures au prix de l’hébergement,
  • Une aide au logement versée par la Caisse d’allocations familiales (APL-Allocation personnalisée logement- ou ALS-Allocation logement sociale-) sous condition de ressources,
  • Une réduction d’impôt si la personne est imposable.

Le prix médian d’une chambre seule en Ehpad (avec tarif minimum dépendance) est évalué par la CNSA** à 1953 euros par mois en 2017, avec des variations importantes suivant la localisation et le type d’établissement.

Dans certains cas, « l’obligation alimentaire » s’applique et les proches familiaux sont mis à contribution pour financer le séjour.

*évalué par le code GIR = groupe iso-ressources, de 6 à 1
** Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie

Pour plus de détails, achetez le guide de Vivre en Ehpad ici.

Associer mon proche à la réflexion et à la prise de décision

Si vous envisagez une entrée en Ehpad, ce point est toujours compliqué, surtout si votre proche souffre de désorientation. Même en situation « d’urgence », privilégiez l’échange pour l’associer à la réflexion sans l’angoisser, montrez-lui qu’il est écouté et que les réflexions ne visent pas à l’éloigner de son entourage mais à lui assurer plus de sécurité et de soins. En aucun cas vous ne « placerez » votre proche en Ehpad.

S’il entre finalement en établissement, votre proche devra donner son consentement , sauf si ses capacités sont trop altérées pour juger de sa situation et de sa sécurité.

Enfin si votre proche est placé sous protection juridique, ce sont bien sûr les conditions d’exercice de celle-ci qui s’appliquent, ce qui n’affranchit pas du dialogue bien entendu.

Les maladies cognitives et l’entrée en Ehpad

Les maladies d’Alzheimer ou apparentées sont un des motifs principaux d’entrée en Ehpad, où on estime que 60 à 80% des résidents en sont atteints.

Ces maladies sont difficiles à vivre pour l’entourage familial et la personne malade : elles altèrent la communication, modifient la personnalité perceptible, compliquent la vie quotidienne, renversent la position parents/enfants ; la personne est particulièrement vulnérable et en cas d’entrée en établissement, elle ne sera pas toujours en mesure d’évaluer la qualité des soins donnés et l’attention qui lui est portée : pour cette raison, le facteur humain et confiance va être primordial si l’on recherche un établissement. C’est pour cela que Vivreenehpad.fr propose aux familles de laisser leur témoignage de façon anonyme sur l’Ehpad de leur proche, en insistant sur l’accompagnement humain.

Je me repère dans la jungle des informations sur le web

Sur le web, le maître mot, est vigilance ! Informations riches mais beaucoup de publicités, libellées « annonce » ou non, des annuaires de recherche qui n’en sont pas et vous conduisent directement sur des services payés par les Ehpad…Vivre en Ehpad vous conseille d’utiliser les 2 sites des pouvoirs publics :

Celui du Ministère de la santé « pour-les-personnes-agées.gouv.fr » et -sauf pour certains départements- celui des Agences régionales de santé « ViaTrajectoire.fr » (attention, certains annuaires privés ont ajouté « trajectoire » à leur nom pour attirer les internautes sur leur site !)

Pour plus de précisions sur les écueils du web, achetez le guide de Vivre en Ehpad ici.

Qui sont ces services qui recherchent un Ehpad pour vous gratuitement ?

Vous serez aussi sollicité sur le web par des sites où un « conseiller » vous propose de rechercher pour vous gratuitement un établissement. Sachez que si ce service est tentant, surtout lorsqu’on est dans l’urgence et désemparé, ces sites travaillent pour les Ehpad et sont rémunérés par eux. Le choix d’établissement qui vous sera proposé sera restreint et c’est l’intérêt des établissements qui sera privilégié.

Je sélectionne les Ehpad à visiter

Pour chaque lieu/département possible, interrogez d’abord vos connaissances qui ont un proche en Ehpad dans cette zone géographique ; consultez également Vivreenehpad.fr qui vous donne la liste d’Ehpad par communes ou départements et collecte les avis des familles ou proches de résidents sur le bien-vivre.

Puis utilisez les annuaires des 2 sites des pouvoirs publics « pour-les-personnes-agées.gouv.fr » et « ViaTrajectoire.fr », ils sont fiables et complémentaires et vous permettront de constituer votre sélection.

Enfin, prenez un contact téléphonique avec chacun des établissements, cela vous donnera une première impression et une idée des places disponibles (attention, certains Ehpad « pressent » les familles de se décider alors qu’ils ont suffisamment de places disponibles…)

Pour gagner du temps et être guidé clic par clic, achetez le guide de Vivre en Ehpad ici.

Je visite les Ehpad sélectionnés

Notre conseil : visitez vous-même, ce n’est pas du temps perdu, beaucoup d’éléments ressortent d’une visite que jamais un compte rendu ne vous restituera. Associez votre parent aux visites au moins pour la phase finale de choix si son état de santé et psychologique le permet.

Notre conseil est d’observer au maximum les lieux, l’ambiance, les relations entre les personnes (professionnels, résidents), de veiller à voir l’ensemble des équipements, et enfin de bien préparer les questions que vous poserez au directeur sur le fonctionnement de la vie dans cet Ehpad.

Gardez à l’esprit que vous et votre proche êtes clients potentiels d’un service humain que vous allez payer : c’est vous et votre proche (s’il le peut) qui choisissez, non le directeur qui vous « accepte ». Au-delà du groupe d’appartenance et du statut de l’Ehpad, la personnalité et façon de travailler du directeur sont des facteurs déterminants de la bonne marche et de l’ambiance de l’établissement, donc du bien-être des résidents : n’hésitez pas, par exemple, à interroger le directeur sur ses motivations pour exercer cette fonction, vous verrez s’il s’agit d’une réponse toute faite ou plus personnelle et engagée humainement.

Si possible, re -visitez un établissement qui vous plait à un moment différent de la journée ou de la semaine.

Pour la liste pratique des points à observer et des questions à poser, achetez le guide de Vivre en Ehpad ici.

 

Le(s) dossier(s) d’admission et le contrat de séjour

Le dossier d’admission

 Une fois la sélection effectuée, vous allez adresser à/aux Ehpad(s) sélectionné(s) un dossier d’admission ; celui-ci vaut « candidature » mais non engagement, ni pour l’Ehpad, ni pour vous-même.

Ce dossier comporte 2 parties : une administrative et une médicale/confidentielle qui sera remplie par le médecin de votre proche. Vous adressez ensuite un exemplaire de ce dossier à chaque établissement que vous avez sélectionné.

Dans plus de 70 départements, il est également possible de remplir ce dossier en ligne en se connectant sur « ViaTrajectoire.fr » où vous êtes guidés pour remplir le dossier. Le médecin de votre proche le remplira la partie médicale en ligne également et le dossier complet sera envoyé directement aux établissements que vous aurez indiqués sur le site « ViaTrajectoire.fr » également.

Pour accéder directement aux formulaires, achetez le guide Vivre en Ehpad

La réponse de l’Ehpad et votre décision

Après réception du dossier d’admission, le responsable de l’établissement va confirmer (ou non) l’admission en fonction des places disponibles et de l’avis du médecin coordonnateur qui aura analysé le volet médical. Si l’admission est confirmée du coté Ehpad, vous et votre proche acceptez ou déclinez la proposition.

Le contrat de séjour

Le contrat de séjour est un document important qui régit les droits et obligations du résidents et ceux de l’Ehpad. Il sera signé à l’arrivée de votre proche dans l’établissement. Il détaille les prestations fournies, conditions financières, cas particuliers et conditions de résiliation.
Ce contrat équivaut à un contrat d’habitation, il peut être résilié par le résident sans justification avec un préavis d’un mois ; en revanche, l’Ehpad ne peut résilier le contrat de séjour que dans certains cas (manquements répétés, si les structures de l’Ehpad ne lui permettent plus d’assurer les soins de votre proche, s’il cesse ses activités).

Lors de la signature, votre proche devra (obligation légale) donner son consentement écrit pour entrer en Ehpad, sauf si ses capacités sont trop altérées pour juger de sa situation et de sa sécurité.

Je prépare l’entrée en Ehpad de mon proche

La préparation « idéale » est à la fois matérielle et psychologique.

Avec votre proche :  évitez d’adopter un ton faussement enthousiaste. Mais essayez de souligner les points positifs, ce qu’apportera l’Ehpad plutôt que de rappeler sans cesse ce qui oblige à quitter le domicile…Insistez sur ce qui sera maintenu par rapport à la vie à domicile (visites, sorties, déjeuners en famille, petites vacances..)., le message étant : la vie ne s’arrête pas…Ecoutez ce qui revient le plus dans les commentaires de votre proche pour préparer le rythme en Ehpad.

Aménagement de la chambre : prenez le temps de choisir avec votre proche ce qu’il emportera dans sa chambre. S’il refuse d’emporter des meubles ou objets du domicile, respectez son choix, tentez de lui proposer ceux -ci de façon échelonnée ou alors de voir avec lui quel nouvel aménagement le fera sentir chez lui.
Avec la famille et les amis : bien sûr, la famille proche est associée à la préparation, mais c’est important aussi de tenir bien au courant les petits-enfants, la famille plus éloignée et les amis qui pourront maintenir le lien social. Faites comprendre que votre proche aura besoin plus que jamais d’eux, de leurs visites, d’accompagnement pour des sorties.

Côté pratique, des démarches sont à effectuer comme pour un déménagement classique.

Pour plus de précisions, achetez le guide Vivre en Ehpad

Le jour de l’admission : c’est le moment de poser toutes les questions

C’est le moment de l’installation, de faire connaissance avec l’équipe qui va s’occuper de votre proche, c’est aussi le moment de poser les questions très pratiques : il s’agit pour vous de savoir qui contacter en cas d’incidents et divers problèmes (pratiques, médicaux..) et également de savoir de quoi et comment vous serez informés sur les évènements de la vie de votre proche et de l’Ehpad.

Conseil : listez vos questions à l’avance, et notez les contacts que l’on vous indique.

Pour une liste conseillée de questions, achetez le guide Vivre en Ehpad

Mes relations avec les professionnels de l’Ehpad :

S’il fallait résumer l’idéal de cette relation, ce serait : clarté, équilibre et respect mutuel.

Concernant votre « statut » de proche, il y a un équilibre à trouver avec les professionnels entre votre suivi (légitime) des soins donnés et remarques disproportionnées. A l’inverse, trop s’effacer n’est pas souhaitable non plus. Les professionnels travaillent pour votre proche, il (et vous) ne doit pas « s’excuser de les déranger ».

Concernant les lieux, il faut les « apprivoiser » pour ne pas s’y sentir étranger voire intrus, même si vous croisez des tas de professionnels qui ont l’air de se sentir totalement chez eux…N’oubliez pas que votre proche a signé un bail d’habitation (contrat de séjour), il est « chez lui » et sa chambre est un espace privé.

Via à vis de votre proche, veillez à ce que personnel et l’entourage ne parle pas de lui à la 3ème personne en sa présence. Demandez si besoin cet effort de s’adresser directement à lui. Cela aide votre proche à rester dans une position d’interlocuteur et à garder sa dignité même s’il a perdu une partie de ses capacités cognitives ou est affaibli.

Et ma position vis-à-vis de mon proche en Ehpad ?

Après l’entrée en Ehpad de votre proche, vous et votre entourage pouvez être tentés de prendre de la distance, pour ne pas déranger, par soulagement de voir le quotidien assuré…Parfois, la souffrance de le voir diminué et au milieu de beaucoup de personnes malades (facteur pesant) vous y incite.

Or si les professionnels sont là pour les soins et l’aide quotidienne et si des liens se tissent, ils ne remplaceront jamais les liens familiaux et amicaux. Et si L’Ehpad est un nouveau lieu de vie quotidienne, pouvoir sortir de la collectivité de temps en temps est important.

C’est pourquoi en fonction de l’histoire familiale, des relations, des contraintes géographiques, définissez en famille un modèle d’accompagnement de votre proche en Ehpad (visites, sorties,..). Et surtout, continuez à l’écouter : ce qu’il vous dit de sa vie quotidienne est chargé de sens, même en cas de maladie cognitive, et peut vous aider à l’accompagner.

Je m’implique dans la vie de l’Ehpad, le Conseil de vie sociale

Si vous le souhaitez et en avez le temps, il y a plusieurs façons de vous impliquer dans l’Ehpad de votre proche :

Vous ou votre proche pouvez candidater au Conseil de Vie sociale :  c’est une instance élue qui représente l’ensemble des personnes vivant, travaillant ou participant à la vie d’un établissement médico-social. Ce Conseil intervient sur les sujets de la vie quotidienne de l’Ehpad avec impact consultatif.

Vous pouvez rejoindre une équipe de bénévoles de l’Ehpad et si vous faites connaissance avec d’autres familles, il est possible d’organiser des activités ensemble avec vos proches.

Et en cas de problème ou maltraitance ?

Si vous constatez un problème ou un manquement de la part d’un professionnel ou de l’établissement, essayez de vous adresser au professionnel concerné.

Il est faux de penser qu’il est mieux dans l’intérêt votre proche de ne rien dire et de s’effacer par peur de « représailles » contre lui. On ne s’occupe pas mieux d’un résident dont la famille reste muette quoiqu’il se passe, au contraire ! Là encore, la mesure et la gradation en fonction de la gravité du problème sont de mise.

Si vous soupçonnez un cas de maltraitance (physique, psychologique, médicale), suivant la gravité, contactez : le directeur d’établissement, et si urgence ou maltraitance grave les services de police ou gendarmerie ;
Signalons enfin le numéro 3977 (appel pour signaler un risque de maltraitance) qui pourra vous conseiller.

Si les problèmes rencontrés sont trop pesants sur le bien-être de votre proche, n’hésitez pas à organiser un changement d’établissement.

Je donne mon avis

Si votre proche est entré en Ehpad, donnez votre avis : votre témoignage est utile, pour ceux qui cherchent et pour le bien-être de votre proche : n’oubliez pas de déposer votre avis sur notre site Vivreenehpad.fr après quelques semaines de séjour, et incitez votre entourage à faire de même !